ROBERTO VERINO

01 / 05 / 2016

LETRRE À MA MÈRE

Roberto Verino - LETRRE À MA MÈRE

Je tiens à partager cette journée si spéciale avec vous, en rappelant cette lettre publiée par le magazine El Mundo, il y a déjà quelques années (4 mai 2008)...et je continue, aujourd’hui, à ressentir la même chose…


LETTRE À MA MÈRE: " Chaque matin, je continue à penser à elle … chaque soir aussi, à la tombée du jour... Et, il en sera toujours ainsi … Ma mère est décédée l’année dernière, après une longue maladie qui l'a tenue prostrée dans son lit mais qui ne l’a pas empêché de maintenir, ni son énergie, ni son talent, ni son optimisme. Je sais que c’est une sottise de dire que je n'aurais jamais rien été sans elle mais, à l'infinie vérité que contient cette phrase, rapportée à la personne qui vous a donné la vie, j'ajoutte volontiers qu'elle a continué à me la donner tous les matins, lorsque j’allais travailler et tous les soirs, quand j’allais la voir.
Toute sa vie, même au cours de ses derniers jours, ses yeux me regardaient en me disant qu'ils étaient avec moi. Dans ce regard, j'ai toujours vu un geste d'approbation, celle d’une mère qui aime son fils, et aussi de responsabilité, celle d’une fan, telle que seule une mère peut l’être, qui exige la démonstration la plus difficile : ne la déçois pas, ne te déçois pas toi-même. C’est mon souvenir, la façon de me dire qu’elle est là, avec moi, qu’elle m’aide à vivre. C’est ma manière à moi de dire publiquement que je l’aime, comment je l’aime..."

Note du traducteur : en Espagne, la fête des mères est célébrée le premier dimanche du mois de mai